Pourquoi cette route ?

L’Afrique est l’origine de l’humanité. Nous sommes tous des Africains. Nous venons d’Afrique : c’est pourquoi Caravan est une initiative avec et en Afrique, c’est pourquoi nous allons vers et à travers l’Afrique.  En nous déplaçant d’ouest en est, de Tombouctou à Kampala, nous rencontrons une moyenne représentative de la population africaine et nous découvrons tous les aspects de la réalité africaine : désert, savane, forêt tropicale – ainsi que le mode de vie, l’art et la philosophie africains.La Caravane attirera l’attention du monde sur l’Afrique.

Pourquoi un nombre égal d’hommes et de femmes ?

Parce qu’il y a un nombre égal d’hommes et de femmes dans le monde. Toute la discussion sur les quotas est une imposition. Quiconque veut encore discuter sérieusement des „parts“ des femmes dans quoi que ce soit n’a pas encore compris que le patriarcat, c’est-à-dire la pensée patriarcale, est la cause centrale du crash actuel de la société mondiale. La pensée de l’accumulation des biens est une pensée patriarcale, en particulier le prérequis matériel de celle-ci, le non-sens de l’héritage est une pensée patriarcale primordiale, dont les conséquences conduisent à ce que 1% de l’humanité possède presque tout et la majorité des gens n’ont presque rien. Il ne s’agit pas d’un retour au matriarcat, même si la pensée patrimoniale y prévalait, dont on peut reprendre de nombreux éléments. Il s’agit d’une troisième, d’une nouvelle façon de penser et d’agir qui tire l’émancipation des deux, ce qui logiquement ne peut se faire qu’à parts égales. Qu’il s’agisse du ying yang ou de la dialectique, du noir et du blanc ou du haut et du bas : la vie se compose de deux côtés dont l’expression vivante est la femme et l’homme. Lorsqu’il s’agit de repenser les questions fondamentales de la coexistence humaine, „de quoi avons-nous vraiment besoin ?“, „comment pouvons-nous répartir les biens du monde entre les 8 milliards d’habitants de ce globe ?“ „Comment organiser de véritables processus de décision démocratiques à tous les niveaux ?“ et bien d’autres encore, l’équilibre entre les hommes et les femmes, la tension qui existe entre eux, l’énergie qu’elle déclenche, leur amour et leur désir d’un monde humain et les différentes expressions masculines et féminines de ce désir, sont une condition préalable nécessaire si l’on veut parvenir tous ensemble à un résultat équilibré.

Dès le début, l’eau est au centre de la caravane, pourquoi rien n’est possible sans eau ?

Parce que rien ne fonctionne sans eau. L’eau est la matière première de toute vie, les êtres humains sont composés à 70% d’eau, après 5 jours sans eau potable tout être humain est mort. Et c’est là le mot clé : entre 60 et 70% de l’humanité n’a pas accès à l’eau potable. Il n’existe pas de statistiques sur le nombre de personnes, en particulier des enfants, qui meurent chaque jour dans une agonie parfois cruelle à cause de l’eau empoisonnée. C’est actuellement le plus grand scandale d’une humanité qui se dit „civilisée“ et qui aurait les moyens matériels et financiers de mettre fin à cette tragédie quotidienne. L’effort mondial qui serait nécessaire pour fournir de l’eau potable à tous les habitants du dernier village serait inférieur à l’effort mondial actuel en raison du coronavirus, qui ne cause qu’une fraction des victimes en comparaison. Le refus des pays riches d’aider les victimes du manque d’eau potable s’apparente à un génocide par omission. Toutes les religions, cultures et philosophies ont apporté des réponses nécessaires mais non suffisantes aux questions élémentaires de la coexistence humaine. Ils sont indispensables en tant que facteurs d’identité individuelle, leurs valeurs sont la base de notre pensée, mais s’ils prétendent être valables pour tous les peuples, ils conduisent à la guerre et à la destruction mutuelle, le contraire de ce qu’ils prétendent. S’il n’y a qu’un seul Dieu, il a créé toutes les religions et cultures pour que chaque être humain puisse trouver la forme de prière qui lui convient et réaliser les valeurs de sa religion dans ses actions. Il s’agit du dialogue des cultures, c’est pourquoi c’est le nom de la caravane de la toile mondiale ; la diversité des personnes est la plus grande richesse inépuisable de l’humanité. Lorsque des femmes et des hommes de toutes les cultures du monde se réunissent, ils peuvent non seulement apprendre à se comprendre, mais aussi s’enrichir mutuellement de façon incommensurable.

Pourquoi cela n’est-il pas possible autrement que par une initiative participative venant d’en bas ?

Parce que les structures de l’organisation du vivre ensemble développées et réalisées sur la caravane doivent être le modèle des structures du vivre ensemble des peuples du monde. Toute prescription venant d’en haut conduirait à une reproduction des structures de pouvoir mêmes qui doivent être abolies. Il s’agit ni plus ni moins de mettre fin à la domination des gens sur les gens. Les discours du type „les humains sont mauvais“, etc. sont obsolètes. Dans les conditions données, la majorité des gens n’ont généralement pas d’autre choix que d’être aussi mauvais que les alphaciens qui leur en font la démonstration. L’homme apprend par imitation, il faut donc lui proposer un autre modèle à imiter ; la plupart des gens se sont résignés face à la puissance écrasante du pouvoir humain alpha des animaux, qui sont effectivement en majorité mauvais. La culture du dialogue pratiquée dans la caravane, sa réalisation à la base à petite échelle, la confirmation que cette culture du dialogue est effectivement possible, bien qu’elle soit la chose la plus difficile qui soit, sera présentée au reste du monde lors des cinq festivals qui auront lieu pendant la caravane et sera diffusée dans le monde entier, invitant ainsi le monde à l’imiter. Renverser les structures actuelles, l’exemple et le modèle de la possibilité réalisée de vivre ensemble à partir de la base est la voie et le but de la Caravane.

Quel est le rôle de l’art à la Caravane ?

Un rôle central. La tâche de l’art est de transmettre de manière sensuelle les expériences de nouvelles formes de coexistence sociale acquises à la Caravane, les résultats de la recherche de nouveaux modèles politiques sans répression et les nouvelles connaissances acquises dans l’échange idéologique. L’art – musique, danse, mime, sculpture, peinture – est la seule forme de communication qui ne dépend pas du langage. C’est le moyen de communication transculturel en soi. C’est pourquoi cinq festivals d’envergure mondiale seront organisés. Un moment fort sera la diffusion du festival Tibesti, où vous pourrez voir des artistes réaliser des dessins rupestres du XXIe siècle pour le 31e siècle aux côtés de dessins rupestres de notre préhistoire. Parallèlement aux festivals, des événements culturels auront lieu dans les pays d’origine des artistes, organisés par des organisations culturelles locales. Par exemple, la „Haus der Kulturen der Welt“ de Berlin pourrait organiser un week-end tchadien avec des conférences, des films, des expositions et des lectures, le „Centre culturel“ français de Bamako un événement avec des bols chantants chinois, etc. Lors du dernier festival à Kampala, un énorme verre en forme de goutte – rempli d’eau de source japonaise – transporté à dos de chameau de Tombouctou à Kampala sera versé dans le lac Victoria. Tous les artistes représenteront le Monde Uni de l’Art.

Comment la caravane aborde-t-elle l’eurocentrisme ?

L’eurocentrisme est la stupidité, l’esprit de clocher, la solitude et les intérêts particuliers. Les bénéficiaires de l’argent se moquent de ces idiots qui se croient „supérieurs“ parce qu’ils ont plus d’argent et de meilleures armes : en réalité, ce sont eux qui sont supérieurs parce qu’ils connaissent les deux cultures et en bénéficient.L’argent du développement est la source de la corruption. Le discours sur „l’égalité du niveau des yeux“ ne fait que trahir le mépris de ceux qui le prononcent envers leurs interlocuteurs : comme les adultes qui, pédagogiquement corrects, se mettent à genoux quand ils parlent aux enfants. La première mesure pour changer cela serait d’annuler tous les fonds sans remplacement, comme l’a demandé Brigitte Erler dans son livre de 1989 „dead aid“ et comme l’a demandé Dambisa Moyo dans son livre de 2014 „dead aid“, et comme le demandent depuis longtemps les intellectuels et économistes africains. L’Afrique, pour ne prendre que l’exemple le plus flagrant, n’a pas besoin d’aide. La meilleure façon de se comporter face à l’eurocentrisme a été démontrée par le président du Burkina Faso, Thomas Sankara : il s’est moqué non seulement des prêteurs, mais très spécifiquement du président français François Mitterrand – auquel il n’a bien sûr pas survécu. L’eurocentrisme est une attitude qui ne peut être contrée que par une conscience différente. Cette conscience naît de l’expérience de la cohabitation avec des personnes dont on se sent supérieur. Cette expérience peut produire de la honte ; si vous la permettez, vous récoltez du bonheur. D’où l’idée de la caravane. Chacun d’entre nous porte des vestiges de cette fausse conscience, même si nous sommes de bonne volonté. Même les victimes de l’eurocentrisme, qui méprisent à juste titre les auteurs de ces actes. Lorsque les victimes et les auteurs vivent ensemble pendant une longue période dans des conditions existentielles et échangent leurs points de vue, ils peuvent faire cette expérience. Puisqu’une attitude est quelque chose qui se nourrit de l’inconscient, elle ne peut être changée par la seule connaissance intellectuelle, mais doit également être remise en question au niveau de l’inconscient.

Pourquoi la caravane devrait-elle être réalisée en tant que telle et non sur un navire, par exemple une nouvelle „Arche de Noé“ ?

Un navire a besoin d’un capitaine, sur une caravane, les gens peuvent déterminer ensemble la conception du chemin commun sans capitaine, et c’est là tout l’intérêt. Les animaux ont besoin d’un chien alpha, qui, comme nous le savons depuis Konrad Lorenz, peut aussi être un être humain, et c’était Noé. La différence entre les animaux et les humains est que les humains n’ont plus besoin d’alpha. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’ils seront des humains : lorsqu’ils n’auront plus besoin ou n’auront plus de chefs, de gourous, de sauveurs. Quand ils ne courent plus après un drapeau, mais sont guidés par leurs propres rêves. Le fait que les alphatiens déterminent encore le destin des gens est la raison pour laquelle l’humanité se précipite vers l’abîme. C’est pourquoi nous en sommes encore à la préhistoire. L’histoire de l’humanité ne commencera que lorsqu’elle se sera détachée de ces origines animales. L’histoire de l’humanité ne commencera que lorsqu’elle utilisera les inventions réalisées au cours de milliers d’années d’efforts indicibles, jusqu’à la technologie intelligente, non pas comme un instrument de pouvoir, mais pour ce pourquoi elles sont là : Se libérer autant que possible du travail nécessaire à la nature et permettre à chacun des 8 milliards d’individus de cette planète d’avoir la plus grande liberté possible pour développer sa personnalité et être différent de tous les autres : la diversité des êtres humains est leur plus grande richesse, l’échange et la fertilisation mutuelle la possibilité d’une diversité, d’un épanouissement et d’un développement du même qui est encore inimaginable pour nous aujourd’hui. Il ne s’agit pas de la question inutile de savoir si les gens en tant que tels sont bons ou mauvais, mais de la manière dont ils organisent leur vie commune. Il est historiquement grand temps qu’ils commencent enfin à prendre conscience de la possibilité de cette vie commune. La caravane des délégués de l’humanité est un premier pas dans cette direction. Quels sont les fondements de ce nouveau monde ? Ce sont précisément les sujets qui devraient être abordés lors de la caravane. Personne, aucune idéologie, aucune religion, et certainement aucun gourou ou philosophe, aussi sage soit-il, ne peut les prescrire seul ou en petit groupe. C’est précisément pour cela que les propositions doivent être soumises avant le début de la caravane, où elles seront ensuite discutées en détail. Il y a, par exemple, la proposition de revenir aux origines de la démocratie grecque. Il y a l’idée d’une organisation démocratique des personnes, dont la philosophe Hannah Arendt dit qu’elle est la forme naturelle de l’organisation humaine qui se forme automatiquement, pour ainsi dire, dès que le pouvoir disparaît. L’exemple le plus connu est celui de Cronstadt – la destruction de ce développement par les Soviétiques a été la fin de la révolution et son plus grand crime. L’auto-organisation du peuple pendant le soulèvement du ghetto de Varsovie, allant jusqu’à un joyeux épanouissement culturel dans ces circonstances, est un autre exemple. Tout cela est rassemblé et discuté sur une longue période de temps. Dans ce processus, la culture du dialogue est nécessaire au dialogue des cultures. Cela signifie : ne pas essayer de convaincre l’autre de sa propre idée, mais proposer sa propre idée, écouter l’autre et y réfléchir avec une volonté honnête de changer sa propre idée si nécessaire. C’est la chose la plus difficile qui soit. Cette culture du dialogue est pratiquement vécue au Mali, cette culture intériorisée, qui s’est développée pendant des milliers d’années, devrait être un modèle pour tous les peuples du monde : c’est pourquoi la Caravane commence au Mali.

Que signifie le fait que toutes les activités doivent être documentées ?

Grâce aux médias avec lesquels les groupes de discussion et les groupes artistiques travaillent, que ce soit par l’écriture, le son ou l’image, individuellement ou en groupe, ils produiront leur propre documentation sur leurs expériences avec les gens, l’environnement et surtout avec eux-mêmes au cours de la Caravane. Les circonstances extraordinaires produiront des œuvres extraordinaires qui documenteront cette initiative dans sa grande diversité. C’est son objectif : montrer un aperçu des expériences de cette constellation particulière de libre échange, la possibilité de diffuser l’idée de vivre avec des personnes, des cultures et des langues étrangères, la possibilité de rendre cette idée, non pas comme un dogme religieux, un dictat idéologique ou un pouvoir politique, mais sous la forme d’une analyse, d’un rapport factuel ou d’un art, reflétant tous les domaines de la vie.Qui peut se permettre de prendre une année pour ce voyage ? Tout le monde peut participer aussi longtemps qu’il le veut ou le peut. Si l’on considère que les participants auront l’occasion d’interagir avec des personnes de toutes les parties du monde, de toutes les cultures, religions et langues, un an n’est pas une longue période. La lenteur même du voyage est un aspect important de la philosophie de la Caravane. Des stars seront-elles recrutées pour plus de publicité ? Non. L’idée sera rendue publique et toute personne souhaitant participer de quelque manière que ce soit est la bienvenue. Les stars sont également les bienvenues. La plupart des artistes participants seront bien connus dans leur environnement. Bien entendu, les stars internationales du show-business ne sont pas exclues de la participation. Dans le cadre de la Caravane, de nouvelles perspectives et propositions d’action doivent émerger de la fusion d’idées d’origines aussi contrastées que possible. C’est ce qui fait de la Caravane une initiative unique. Et c’est sur cela que l’intérêt public devrait se concentrer, pas sur les stars.

Combien d’argent est nécessaire pour cela ?

250 millions de dollars US.

C’est beaucoup d’argent. Qui va payer pour cela ?

„Beaucoup d’argent“ dépend de la perspective. Quand on sait que la Caravane est un effort mondial aux proportions bibliques, 250 millions de dollars, ce n’est pas beaucoup. Si l’on considère qu’une entreprise peut absorber une perte de plusieurs milliards de dollars US par jour en raison des fluctuations monétaires, on peut espérer que de nombreuses entreprises industrielles seront prêtes à financer la Caravane. Les entreprises en question devraient considérer comme un honneur de permettre la réalisation de ce projet d’humanité, cette version positive de la mondialisation. Ils peuvent se faire connaître en parrainant cette initiative, mais la Caravane ne fera pas leur promotion, leurs noms et logos n’apparaîtront pas dans les publications. En outre, les stations de télévision du monde entier se verront offrir des droits de diffusion. Cela est également prévu pour les documentaires actuels de la Caravane.

Quelle sera la rémunération des participants ?

Selon les besoins de chacun. Cette tâche sera difficile, mais elle peut être résolue. Le principe est une comptabilité 100% transparente. Chaque centime dépensé sera enregistré et visible par tous. C’est une nécessité absolue, car dans ce genre d’activités, le risque est grand que les gens essaient de s’enrichir. Cela détruirait l’idée centrale de la Caravane, qui est de mettre fin à l’enrichissement de quelques-uns au détriment du plus grand nombre dans le monde.

Comment traverser des régions de misère et manger à sa faim en même temps ?

Le fossé entre les riches et les pauvres n’existe pas seulement quand on en est très proche. La question de savoir comment manger alors que d’autres sont affamés devrait également être posée lorsqu’on est éloigné des régions de la misère. C’est précisément cet aspect, parmi d’autres, qui devrait être souligné dans les rapports sur la Caravane. Au fait, nous n’aurons pas de champagne, de saumon et de caviar. Nous aurons certainement suffisamment de nourriture et de médicaments pour faire face aux urgences, mais la Caravane n’est pas une organisation caritative. La Caravane est une réfutation du choc des civilisations, mais elle n’éliminera pas la faim dans le monde, elle est censée en créer les conditions.

Quels sont les avantages pour les pays qui y participent ?

Tout d’abord, le fait de travailler en étroite collaboration avec les habitants des régions que nous traversons créera des emplois, des relations – et, espérons-le, des partenariats et de nouvelles perspectives. Deuxièmement, la couverture de l’Afrique en général et de nos pays hôtes en particulier ne sera pas dominée par les catastrophes et la misère, mais par les gens qui y vivent, leur culture et leur mode de vie. Le reste du monde a ainsi la possibilité d’apprendre de l’Afrique, ce qui permet un échange équitable. La Caravane vise à susciter une nouvelle prise de conscience et une nouvelle perception, afin d’adopter une nouvelle attitude à l’égard de l’Afrique, et non à apporter un soutien matériel. Posez des questions et encouragez le financement. Le travail des personnes de la caravane est de répondre aux questions qui sont compilées à l’avance. Développer davantage le catalogue de questions est la tâche la plus urgente qui peut être abordée immédiatement et dans le monde entier grâce à la technologie intelligente. L’ensemble du projet dépend de l’élaboration de ce catalogue de questions. C’est ici que la coopération indépendante de personnes du monde entier peut commencer à partir de maintenant. Ici, sans autre effort, la preuve peut être donnée que la coopération sans domination de personnes du monde entier est possible. Cela comprend également la traduction du site web dans le plus grand nombre de langues possible, ce qui, jusqu’à présent, n’était possible que grâce à des programmes automatiques. Le financement d’environ 250 millions d’euros est une bagatelle pour les grandes entreprises industrielles de ce monde. En 2002, le ministre allemand des finances et de l’économie, Wolfgang Clement, a voulu réunir cette somme auprès de dix entreprises industrielles, mais le ministre des affaires étrangères de l’époque, Joschka Fischer, l’en a empêché. Il n’en reste pas moins que cet effort mondial doit être financé non pas par une personne, une entreprise ou un pays, mais par au moins dix. Wolfgang Clement était d’avis que la Caravane mondiale pour la paix donnerait à l’Allemagne, en particulier, l’occasion de rembourser une partie de sa dette historique. Tous ceux qui ont la possibilité de porter ces réflexions à l’attention des décideurs peuvent contribuer à leur réalisation.

Pourquoi l’initiative sur l’eau potable est-elle le point de départ de la caravane ?

Parce que ce serait un crime, politiquement aussi bien que spirituellement injustifiable, de penser aux besoins fondamentaux des gens et à leur satisfaction tant que d’innombrables personnes, surtout des enfants, mourront dans l’agonie parce que le reste de l’humanité ne leur permet pas de satisfaire le tout premier besoin fondamental de toute vie, l’eau potable, alors qu’elle le pourrait.

 

*** Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) ***