À quoi pourrait ressembler un monde sans les diktats du profit ?

Le thème de la Caravane est constitué de questions – la tâche de la Caravane est de donner aux représentants de l’ensemble de l’humanité l’occasion de discuter de ces questions et, si possible, d’y trouver des réponses.

La nature des questions n’est pas de savoir comment quelque chose peut être amélioré dans les conditions existantes, mais ce qui doit changer dans les conditions en général, en particulier dans les relations de dépendance matérielle des gens entre eux : l’approvisionnement alimentaire de tous les gens dans le monde serait-il réalisable si aucun actionnaire n’en tirait profit ? Les hôpitaux, les routes et les écoles, les voitures, les avions et les jouets seraient-ils construits si aucun acteur de la bourse ne gagnait de l’argent grâce à eux ?  Comment les banques fonctionneraient-elles s’il n’y avait plus d’intérêts ? Comment les relations de propriété changeraient-elles s’il n’y avait plus d’héritage ?

– L’eau est le moyen de survie le plus important. Après trois jours sans eau, tout le monde meurt. Les conditions matérielles sont réunies pour que chaque être humain puisse disposer d’eau potable. Néanmoins, 70 % de l’humanité n’a pas accès à l’eau potable, ce qui explique que d’innombrables personnes, notamment des enfants, meurent chaque jour à cause de l’eau sale : Quelle en est la raison ? Cela pourrait-il être modifié ?  Comment pourrait-on le changer ? Pourquoi n’est-ce pas la priorité absolue de tous les politiques ?

– Comment l’eau potable pourrait-elle être distribuée aux 8 milliards de personnes ?

– Il y a suffisamment de nourriture, d’espace, de connaissances, de technologie, dans le monde d’aujourd’hui pour nourrir 8 milliards de personnes, mais une µ-fraction de personnes possède des quantités inimaginables, la grande majorité des personnes presque rien : quelle en est la raison ? Est-ce la „nature humaine“ ? La cupidité de quelques-uns ? Des peurs existentielles ? Même si elles étaient peut-être justifiées dans le passé, ne sont-elles pas devenues superflues depuis longtemps ?

– Comment se rendre compte que 8 milliards de personnes ont suffisamment de nourriture, un toit sur la tête, et que chacun peut se développer selon ses talents sans être soumis à la répression ?

*

– Grâce à un changement dans la conscience de tous, ces contradictions pourraient être changées du jour au lendemain : Quel serait le caractère de cette autre conscience ? Comment cette autre conscience pourrait-elle être développée ? Comment cela pourrait-il se produire ?

– Riches devraient-ils se „passer“ des „avantages“ ou deviendraient-ils humainement plus riches ?

– Quel est le rôle des religions qui réclament l’égalité des hommes mais n’ont pas été capables de la réaliser pendant des milliers d’années ? Est-ce en raison de leur prétention à la représentation exclusive ?

– L’idée de justice n’a-t-elle pas encore été développée assez clairement ?

– Quelles sont les causes de l’échec du modèle socialiste ?

– Les structures des républiques des Conseillers seraient-elles une forme d’organisation politique sensée ?

– Les élections par le vote sont-elles devenues obsolètes après les expériences faites jusqu’à présent ?

– Serait-il judicieux de revenir au système grec original d’élections par tirage au sort ?

– Existe-t-il peut-être des modes de vote et de prise de décision entièrement nouveaux qui correspondent réellement aux souhaits et aux besoins des gens, peut-être avec l’aide des technologies de l’information ?

– Que signifie concrètement „la liberté est toujours la liberté de l’autre“ ? Où se situent les limites ?

– Comment convaincre les profiteurs actuels qu’ils seraient mieux lotis s’ils utilisaient leur pouvoir et leurs ressources pour créer un monde humain ?

– Comment pouvons-nous faire en sorte que les puissants responsables repensent à tout cela ? Ils sont vraiment si incapables d’empathie qu’ils ne comprennent pas cette nécessité ?

*

– Le mouvement est un besoin humain fondamental, une expression de la liberté humaine : mais l’automobile est-elle un besoin humain fondamental ?

– À quoi ressembleraient des moyens de transport raisonnables ? Quelles conditions leur utilisation optimale requiert-elle ?

– Voyager, apprendre à connaître d’autres personnes, d’autres cultures et d’autres pays sont des besoins humains fondamentaux : Comment les satisfaire sans détruire l’environnement ?

– Une application serait-elle judicieuse pour coordonner toutes les demandes de déplacement de telle sorte qu’il n’y ait plus besoin d’horaires, mais que dès que tant de personnes veulent aller dans la même direction, l’application organise le moyen de transport et son opérateur pour que tout le monde arrive à destination – ou serait-ce une nouvelle idée d’horreur, même si toutes les données étaient immédiatement effacées, afin que personne ne puisse en faire un usage abusif ?

– Si une seule et non plusieurs entreprises concurrentes produisaient des automobiles, d’innombrables informaticiens hautement qualifiés pourraient faire un autre travail : quelles choses utiles pourraient-ils produire ?

– Quels sont les coûts matériels purs d’une BMW/BENZ/AUDI/VW coûteuse, etc.

– Combien de millions de tonnes d’acier, combien de main-d’œuvre et de temps de travail seraient économisés si seulement dix pour cent des automobiles étaient produites?*- Comment définir les produits superflus ?

– La question des centrales nucléaires se résout-elle d’elle-même parce qu’elles deviennent inutiles si l’on ne produit plus de produits superflus ?

– Comment reconnaître les produits qui ont été inventés principalement pour gagner de l’argent ?

– Comment reconnaître les produits qui sont exclusivement utiles ?

*

– Comment seraient réalisés les chaises, les tomates, les voitures, les hôpitaux, les instituts d’enseignement, etc. si personne ne gagnait de l’argent grâce à eux sans collaborer au processus de travail ? Effort, éducation, temps, âge, besoins, avec ou sans plaisir, etc.?- Quelle serait la baisse des prix et la hausse des salaires si personne ne gagnait rien sans collaborer?

– A-t-on déjà vu de l’argent „travailler“ à la sueur de son front?

*

– Quels sont les vrais et les faux besoins ?

– Depuis l’invention du web mondial, on pourrait calculer quels sont les besoins de tous les habitants du monde et comment les satisfaire de la manière la plus simple qui soit : à quoi ressembleraient les programmes qui, comme ceux de Google, Amazon et consorts, ne servent pas le profit des propriétaires et dont les résultats ne servent pas à suggérer des besoins faux et superflus ? Qui pourrait et voudrait les programmer ?

*

– Si la consommation est une satisfaction de substitution : pour quelle substitution ? Manque de communication, de sexe, d’un travail gratifiant, etc ?

– Comment réaliser ce à quoi la consommation se substitue et rendre ainsi la consommation superflue ?

– Comment transformer l’idée de compétition en une compétition qui ne supplante pas les autres mais qui s’inspire mutuellement des concurrents ?

– Est-il vraiment nécessaire de couper le fromage en tranches, de mettre une feuille de plastique entre chaque tranche et de l’emballer en petites unités pour le rendre accessible au consommateur ?

– Comment se fait-il que la „compote de pommes à la mangue“ soit disponible dans de minuscules bocaux qui demandent beaucoup de travail et de matériel, alors que n’importe qui peut la préparer lui-même de manière beaucoup plus savoureuse ?

– Tout le monde connaît des personnes qui aiment préparer ce genre de choses et qui aiment donner les surplus, et tout le monde a des amoureux dont il aime donner les surplus : comment pourrait-on organiser cet échange entre 8 milliards de personnes ? Combien de temps gagnez-vous si vous achetez un bocal au lieu d’en préparer vous-même le contenu ?

– Ce temps est-il si important que l’on doive accepter les inconvénients de la production industrielle ? D’où vient la pression temporelle supposée ? Combien de matériel, de temps et d’efforts seraient économisés si ces bocaux n’étaient plus disponibles à l’achat ?

– Comment concevoir et organiser l’étiquetage et la distribution des aliments frais sans produire d’innombrables récipients en carton, en plastique, en verre ou en céramique avec une publicité coûteuse ?

– Tout cela ne pourrait-il pas être beaucoup plus attrayant, plus spirituel et plus varié si les producteurs respectifs en prenaient conscience dans leurs environnements respectifs ?

– La couche d’ozone est en train de disparaître, principalement à cause de la forte consommation de viande : y a-t-il d’autres raisons à cette consommation que l’addiction à la viande et la recherche du profit de ses producteurs ?

*

– Que pourrait-on produire à la place des armes ? Des jouets pour adultes ? Les parcs d’attractions ? Des voitures et des circuits de course pour les passionnés de voitures ? Quoi d’autre ?

– Combien de personnes sont impliquées dans ce secteur de production ? Quelles compétences particulières ont-ils ? Dans quels autres domaines pourraient-ils être utilisés ?

– Des équipes interdisciplinaires de scientifiques pourraient élaborer un plan pour déterminer le temps nécessaire à la fermeture des industries de la défense et dans quelles industries alternatives elles pourraient être restructurées : une telle chose a-t-elle un sens ? Dans l’affirmative, comment une telle procédure, ou une procédure similaire, pourrait-elle être appliquée ?

*

– Est-il nécessaire de rechercher des alternatives de travail, ou n’est-ce pas précisément l’objectif du développement technique que de libérer les gens d’un travail indigne afin de leur donner du temps libre pour profiter de leur vie ?

– Est-ce peut-être à cause de la dictature du profit que l’on crée plutôt des „chômeurs“ qui deviennent pauvres, tandis que les „entrepreneurs“ qui ne travaillent pas de manière productive deviennent de plus en plus riches ?

*

– La publicité détermine énormément la vie quotidienne et n’est pas nécessaire sauf pour l’information : quelle est la différence entre l’information et la publicité ?

– Quelle est la différence entre un emballage nécessaire et un emballage superflu ? Comment réduire l’emballage au minimum ?

– Qu’est-ce qui rendrait le monde coloré s’il n’y avait pas de publicité ? Des maisons peintes ? Des façades de bâtiments publics conçues par des artistes ? Des panneaux d’affichage dans les lieux publics, les parcs et les transports publics ?

– Les graphistes libérés de la publicité peuvent-ils utiliser leur énergie libérée dans ces domaines ?

– Combien d’efforts sociaux pourraient être économisés si la publicité était éliminée?*- Combien de personnes dans le monde ont des actions ? Quelle est la contribution de ces personnes à un travail productif pour tous les autres ?

– Quelle proportion de l’argent total dans le monde existe sous forme d’actions et de cotations boursières ?

– La production et la distribution des produits nécessaires à une vie décente fonctionneraient-elles même sans l’existence de taux d’intérêt, d’actions et de bourses et de contrats à terme sur les matières premières ?

Ce n’est là qu’une partie des questions qu’il convient d’élargir à partir de maintenant – à discuter lors de la Caravane.

 

*** Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) ***